Dr. Jane Goodall, femme de science et femme engagée

Primatologue, anthropologue et éthologue reconnue à travers le monde, femme de science et de terrain engagée, nous vous présentons aujourd'hui le parcours du Docteure Jane Goodall.

Ensemble, apprenons en un peu plus sur celle qui, grâce à une considération globale et bienveillante du monde vivant, a profondément redéfini le lien homme-animal. Elle a ainsi permis de faire avancer la conservation des espèces, tout en prenant soin d’inclure les besoins des populations locales. 

Un parcours peu commun

Née à Londres en 1934 dans une famille britannique modeste, Jane cultive dès son plus jeune âge une véritable passion pour les animaux et la vie sauvage. À cette époque déjà, le plus grand souhait de cette petite fille qui préférait passer des heures seule dans le jardin familiale à observer la nature qui l’entourait plutôt que de jouer avec les enfants de son âge était de partir vivre auprès des animaux en Afrique. 

Ne pouvant financer de longues études universitaires, Jane Goodall commença par obtenir un diplôme de secrétaire. Quand en 1956 une amie lui proposa de l’accompagner pour des vacances au Kenya, elle accepta sans hésitation et commença à économiser pour pouvoir s’offrir le trajet en bateau.

Cette étape constitua un tournant déterminant de la vie du Dr. Jane Goodall, le début de sa vie sur le continent africain.

Une rencontre qui changea sa vie

En 1957, alors âgée de 23 ans, Jane rencontra le Docteur Louis Leakey (célèbre anthropologue et paléontologue) qui effectuait des fouilles dans la Corne de l’Afrique. Ce dernier, impressionné par ses connaissances, lui proposa rapidement de devenir son assistante et de l’accompagner en Tanzanie pour y faire des fouilles archéologiques.

Après avoir étudié les fossiles en Tanzanie, le Dr. Leakey et Jane commencèrent à étudier les chimpanzés sauvages. Encouragée par le Dr. Louis Leakey et animée plus que jamais par cette passion pour les animaux, Jane accepta la proposition de ce dernier et initia ce qui sera la plus longue étude de terrain menée sur des animaux sauvages.

C’est ainsi que dès 1960, munie d’un carnet de notes et de jumelles, elle partit vivre seule en pleine nature afin d’être au plus près de cette faune sauvage pour mieux l’observer et la comprendre.

Son projet de recherche mené dans le Parc National de Gombe Stream (Tanzanie) et son approche étaient totalement novateurs : s’armer de patience afin de se rapprocher toujours plus, mettre en place un rituel qu’elle surnommait le « banana club » en donnant chaque jour à la même heure une banane à chaque chimpanzé, donner un nom à chaque individu car elle seule avait déjà compris que les chimpanzés étaient dotés d’une personnalité, etc. 

Cette immersion totale dans l’environnement des chimpanzés lui permis d’étudier scrupuleusement leur comportement. Elle fut ainsi la première à observer des chimpanzés en train d’utiliser des outils (utilisant d’une branche fine d’arbre de laquelle ils retiraient toutes les feuilles pour pouvoir extraire les termites de la terre), capacité jusqu’alors utilisée pour distinguer les humains des animaux.

Après cette découverte, le Dr. Leakey commenta « Maintenant, nous devons redéfinir la notion d’homme, la notion d’outil, ou alors accepter le chimpanzé comme humain ». 

La reconnaissance scientifique

Jusqu’alors vivement critiquée par la communauté scientifique pour ses méthodes peu traditionnelles, Jane fut acceptée en doctorat à l’Université de Cambridge sans avoir aucun autre diplôme en poche (fait exceptionnel à l’époque et encore aujourd’hui !).

En 1965, elle décrocha avec brio son doctorat en éthologie. La reconnaissance scientifique par ses pairs, si longuement attendue bien que largement méritée, arriva très rapidement après cela. 

Pour la petite histoire, il faut savoir que dès 1963 (c’est-à-dire 2 ans avant l’obtention de son diplôme de doctorat) le magazine mondialement connu National Geographic avait demandé l’exclusivité sur les centaines d’heures de films réalisées dans le cadre des travaux de celle qui allait devenir le Docteure Jane Goodall. 

Une scientifique engagée

Éthologue d’envergure mondiale, forte de ses travaux de recherche et de ses découvertes, le Dr. Jane Goodall fonde l’Institut Jane Goodall en 1977. Cet institut gère ainsi le centre international de recherches de Gombe dédié à la protection des chimpanzés dans leur habitat naturel.

Très rapidement, il devient clair pour elle que cet institut et ces actions n'étaient qu’une partie de la solution à des problèmes beaucoup plus grands : la déforestation, le braconnage, etc. Une vision plus globale devait être adoptée.

Le rôle de l’Institut Jane Goodall devient alors de privilégier le bien-être des humains, afin de les sensibiliser ensuite au bien-être et au respect animal dont ils sont responsables.

"Si on comprend, on se sent concerné. Si on se sent concerné, on aide. Si on aide, on sera"

Un engagement sans limite

Cette force de la nature ne s’est pas arrêtée là !

En 1991, Jane Goodall a fondé le programme Roots & Shoots. Ce programme de travail éducatif est basé sur une philosophie par l’action : rallier les jeunes de tous les pays pour faire émerger une nouvelle génération d’adultes responsables, conscients des enjeux de demain et du rôle qu’ils ont à jouer.

Aujourd’hui, le Dr. Jane Goodall consacre sa vie, son énergie et sa passion pour la préservation de notre planète. Elle voyage ainsi dans le monde entier afin d’écrire, de parler et de diffuser l’espoir par l’action.

Elle illustre chaque jour la différence qu’une personne peut faire, la différence que nous, individu, pouvons faire. Ses actions et son dévouement lui ont évidemment valu de nombreuses reconnaissances. Elle fut ainsi nommée « Messagère de la paix » des Nations Unies par le secrétaire général Kofi Annan en avril 2002.

Si son programme Roots & Shoots vous intéresse, n’hésitez pas à aller jeter un petit coup d’oeil ici. Chacun peut créer son propre projet, alors foncez !

Et surtout n’oubliez pas que chaque grand projet, chaque grand changement, a d’abord commencé par être une idée.

 "Tout ce que vous faites a un impact. À vous de choisir quel impact vous voulez avoir"

 

Articles récents

Pourquoi et Comment préserver la biodiversité ? Les essentiels pour passer à l’action !

Préserver la biodiversité est un objectif essentiel pour l’avenir de nos sociétés. En effet le réchauffement climatique fait partie des enjeux cruciaux de notre décennie mais il n’est pas le seul. Il est accompagné par une perte massive de biodiversité qui aura aussi de graves conséquences. Dans cet article nous vous proposons de découvrir pourquoi la […]

En savoir plus
La sélection naturelle

Votre esprit ne s’est-il jamais enthousiasmé à la vue d’un aigle chassant sa proie, ou bien d’une girafe dont la longueur du cou semble étrangement adaptée à la hauteur des arbres ? Si tel est le cas, alors vous êtes en droit de vous demander comment ces merveilles de la Nature sont arrivées jusqu’à nos yeux.  […]

En savoir plus
Pollution numérique : quel est l’impact du numérique sur l’environnement ?

Quel est l'impact du numérique sur l'environnement? Découvrez la pollution numérique, générée par votre boîte mail, netflix, Facebook, etc.

En savoir plus

Ils parlent de nous et nous soutiennent

  • POP' SCIENCESFor Women in ScienceLBBE
  • GRAZIALe ProgrèsL'Essor
© 2020 Projet Pangolin - Mentions Légales